Les échéances à venir (premier semestre)

Je ne suis pas d’un naturel compétitif. Mais cette année, j’ai décidé de me forcer un peu et de courir un peu plus de course qu’en 2015. Plusieurs raisons. La première, car j’ai du temps, un luxe que je n’aurais plus par la suite. Deuxièmement, pour se dire triathlète, faut enchainer un minimum de fois dans l’année les trois disciplines, c’est pas le tout de barboter, rouler et courir un peu chaque semaine, l’intéressant c’est l’enchainement. Et troisièmement, car je manque cruellement de repères, en particulier sur du court comme le 10k. Et même si les allures à l’entrainement sont flatteuses, seul un chrono en course valide le “cap ou pas cap” de faire un temps donné, et en course, il y a pas que l’allure mais tout le reste à gérer (attente, départ, ravito, les bouchons, la météo …).

Donc voici le programme pour les trois ou quatre mois à venir. J’ai dévoré le bouquin de Joe Friel, “the Triathlete’s training bible”, j’ai donc choisi de suivre pour 2016 ces conseils, et sa façon de planifier la saison, avec des courses en priorité A (objectif), B (préparatoire) et C (optionnelle).

Capture

Planning annuel (extrait) version Training Peaks, avec les échéances prévues

carre_bleu_avec_championnat_dalsaceMa course A du premier semestre sera le triathlon d’Obernai, en Alsace, au format Half Ironman. Il aura lieu début juin, ce sera mon début sur la distance. J’innoverais un tas de chose, dont deux semaines dites de peak avant. Jamais fait, je suis curieux de voir le résultat. Vu le profil du vélo, j’ai joué avec Best Bike Split (BBS), et je m’attends à un vélo en 3h. Une nage en 35′ serait top, un semi en 1h30, disons 4′ pour la première transition (combi à enlever très certainement) et 2′ pour la deuxième transition, un temps total proche de 5h10 m’irait donc très bien, et moins de 5h15 serait satisfaisant. Le sub 5 est pas spécialement prévu sur cette course, vu le parcours vélo exigeant, mais qui sait ^^.

bouton-banniereEn course préparatoire, ca sera finalement le triathlon de Cepoy, près de Montargis fin avril. J’aurais aimé faire celui de Metz ou du Tricastin, mais les dates ne collaient plus vis à vis des contraintes familiales. Cepoy est plus proche, et ca me fera un pèlerinage dans la région que j’ai fréquenté pendant deux ans. Format M très probablement, bien que j’aurais aimé faire du court. Mais vu que c’est proche de l’échéance, j’aimerais bien aussi faire du long pour tester ma forme, en particulier sur la nage (1.5km en M contre 1.9 en HIM, très proche et des efforts identiques en fait) et sur l’alimentation.
Autre course B, un 10km. L’objectif étant de valider les allures du moment, de m’offrir un RP sur la distance à la hauteur de ceux sur semi et marathon, et enfin de m’habituer à me faire mal en course. Pour l’instant,  c’est les 10km de Chalon sur Saône qui sont planifiés, mais cela pourrait changer pour les 10km de Seurre la semaine suivante (mi/fin mars). Moins de monde, ce qui me permettra de mieux me placer au départ. Parcours roulant, et en 2015, quelques coureurs dans les temps espérés (sub 36′) voir rêvés (sub 35 😉 ). Donc ca me fournira la motivation de suivre les plus forts, je pense avoir besoin de ca pour tenir éventuellement le rythme.

En optionnel (C) pas grand chose en ce début de saison. Peut-être 2/3 5k ou quelques trails en remplacement de SL, mais la famille demande pas mal d’attention le weekend, tout comme la gestion du club de tri et l’organisation du trail. Donc, je ne veux pas me disperser aussi tôt dans la saison. Très probablement (donc marquer dans le plan), je vais surement motiver un ou deux collègues de triathlon pour participer à un raid, le Défi Roc des Trois Croix près de Santenay. C’est pas loin, c’est 18km de trail, 50km de VTT et 8 km de Canoë à faire à deux ou en relais. Cela fait très longtemps que le “raid” m’attire, presque autant que le triathlon, donc je vais surement me faire un petit plaisir, en plus d’un bon weekend chez les amis à Beaune, et un bon moment avec les collègues du club.12471800_1066223726778762_401518806391471083_o

Voila, sur ce, retour à l’entrainement, faut préparer sérieusement tout ca.

Advertisements

6 comments

  1. – je vais à Obernai aussi !
    – j’aime bien Joe Friel mais je me demande si certains aspects de sa bible n’ont pas un peu vieilli… En tout cas il recommande bcp d’allure tempo en fin de prépa ce qui est un peu en décalage avec des visions plus moderne d’éviter la zone au seuil car elle fatigue beaucoup… Mais comme toi j’aime la clarté du style et le texte semble s’imposer tant ses idées sont bien arrêtées. Il ne tergiverse pas.

    1. Cool, je suis toujours content de retrouver des gens sur les courses. Et je suis ravi que ce soit toi, on va enfin se rencontrer 😉 J’ai vu que vous serez en nombre de Lille, j’ai aussi essayé de proposer Obernai comme sortie Club, mais ca n’a pas pris. Dommage, ca sera juste un week endfamille/amis.

      Pour Friel, effectivement, c’est tranché. Mais je crois que je l’ai lu sur son blog, il met lui même en garde contre les livres (dont les siens) car ca évolue vite, et que on change d’idée, et que un livre n’est pas le meilleur support pour faire des mises à jour. Après, j’essaye sa philosophie cette année, bien que je sens qu’il y a déjà des trucs qui ne me conviendront pas (genre les 2 semaines de peak). Mais bon, je vais au bout de l’expérience, c’est comme ca que l’on a parfois de bonnes surprise. En tous les cas, c’est agréable de savoir où l’on va en début d’année. Faire un plan annuel est une grande nouveauté pour moi, et une bonne chose je trouve, dont je ne soupçonnais pas les bienfaits, surtout en terme de vidage d’esprit.

      1. Pour la planification, moi ça m’a aidé par trois fois (sur 4) de suivre le plan d’un coach. Effectivement ça libère l’esprit de ne pas avoir à se construire quoi que ce soit. En même temps, il y a deux problèmes pour moi
        1) je suis très/trop indépendant et je trouve qu’il y a peu de coaches qui avancent des stratégies issues de la science
        2) ça me mettait pas mal la pression niveau planning

        Donc l’année dernière, je l’ai fait à la cool, j’ai juste dit Ok ça c’est rang A ça c’est rang B et je modulais la charge et le repos en fonction.

  2. Et du coup, tu trouves que ca a mieux ou moins bien marché?
    Perso je pars aussi sur ce principe, en remplissant les séances pour coller au plan annuel de Friel/Training Peaks. deja pas mal d’écart (pour du repos surtout), mais j’ai quand même l’impression que ca me rassure car je vois mieux la finalité, et donc culpabilise moins de louper une étape.

    1. Les séances coachées (VO2Optimum Training en 2013 et Stéphane Palazetti en 2011) m’ont aidé à battre des records par la variété qu’elles ont apportée dans mon entraînement. J’ai voulu suivre les prérogatives d’un autre coach en 2012 (diet sport coach) mais je courrais trop de lièvres à la fois et ce coach était aussi un peu nébuleux dans sa dispensation de l’information (beaucoup d’infos dans beaucoup de directions).

      Pour l’année dernière, ça a bien marché dans la réalisation de ce que je voulais faire. c’était aussi plus facile (bon 120 bornes de trail quand même) parce que je n’avais pas d’objectifs chronométriques. http://www.nfkb0.com/2015/11/17/retour-sur-la-preparation-des-competitions-2015/

      J’aimerais bien avoir la force de repartir dans le jeu d’un bon chrono mais ça m’a complètement contre-indiqué en ce moment (trop fatigué) et je suis plus enthousiasme à l’idée de me lancer dans l’aventure de l’IM dans les 3 ans à venir plutôt que d’essayer de faire un record sur une distance déjà courue.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s