Préparation marathon: c’est quand la quille ??

Déjà 11 semaines que je suis plus ou moins fidèlement des plans marathons. D’abord hésitant quand au marathon que je voulais faire, j’étais parti sur un plan de 8 semaines, puis j’ai rattrapé un plan de 12 semaines en cours de route.

A quelques semaines de l’échéance, je commence à en avoir marre. Et ca me fait drôle. Après avoir lu de nombreux blogs et message de forum de gens euphoriques durant leur préparation, je me dis que je dois pas être normal. J’en conclus que je ne dois pas être fait pour ce genre de préparations.

 Les raisons de mon coup de mou niveau moral:
– Des séances longues: et je ne parle pas que des SL, mais bien de toutes les séances. A part une séance de récup, les trois autres séances sont supérieures à 1h20. Au final, ca fait trois jours par semaine où la matinée est consacrée uniquement à la course à pied.
– Des séances rébarbatives: ca pourrait être dit pour de nombreux plans, mais je ne sais pourquoi, mais c’est plus saisissant ce coup ci. J’ai l’impression de tout le temps faire les mêmes choses.
– Des SL trop longue. Ca revient au point 1, mais j’y reviens. Je sais que c’est le nerf de la guerre ces SL. Mais partir pour 2h30, c’est long, et c’est définitivement pas mon truc. La plupart des séance se sont faites en EF pure, et se sont faites avec de très mauvaises sensations. Celle de samedi dernier s’est mieux passé, ca doit commencer à rentrer. Mais c’est officiel, même quand cela se passe bien, c’est pas mon truc.
-Des douleurs un peu partout. Mais bon, ca c’est pas anormal, c’est juste pénible de ne pas pouvoir faire d’autres choses du coup histoire de se préserver.
– Du coup, plus le temps de faire autre choses. Vivement la fin du plan pour pouvoir repartir sur du multi sport, surtout vélo et VTT.

Les points positifs:
– J’ai la super caisse: outre le fait que j’ai amélioré mon record sur semi sans préparation dédiée, je constate aussi une amélioration du foncier qui fait que, quelques soient les séances, mais surtout sur les séances de seuil. Même les longs blocs passent maintenant comme une lettre à la poste. Faut dire qu’avec des semaines à 80km, ca m’aurait fait mal de ne pas avoir progressé de ce coté la.
– J’ai progressé. On dit souvent que la préparation marathon diésélise, et que du coup on perd en vitesse. Vu les plans suivis, avec des bons blocs en AS21 ou au seuil, j’ai pas cette impression. M’entrainant à la FC, je constate que les allures sont un peu plus rapide. On est donc bien face à une progression (enfin j’aime à croire). Je pense que ca valide la théorie de la chenille, et je savais que les zones d’allure d’un plan marathon étaient justement les zones qui n’avaient pas été suffisamment travaillé cette année. C’est pour cela que j’avais fait le choix de suivre un plan marathon, même si je n’avais pas encore d’objectifs en vue.

Au final, je crois que le marathon ne me convient pas. On verra si la course se passe mieux, et si je change d’avis. Mais la préparation, je reste mitigé. Trop long, trop lent, trop de volume. Mais pour l’instant, on continue le plan, l’important étant la récolte, et non les préparatifs. RDV le 6 décembre 😉

Advertisements

7 comments

  1. Tu traduis ici exactement le fond de ma pensée, à savoir que préparer un marathon est véritablement un engagement et que, comme pour tout engagement personnel il vaut mieux “le vivre” que le subir, ce qui n’est pas la même chose, tu en conviendras…un plan marathon c’est long, c’est lent, c’est fastidieux parfois et je trouve que ça n’est pas forcement adapté à des jeunes appréciant la sensation de courir vite (je caricature un peu pour faire court)

    On voir fleurir un peu partout des plans d’entrainement pour courir un marathon sans trop se fatiguer, j’en ai même vu un hier: courir un marathon en 7 km/j , je t’avoue que ça me laisse songeuse…et ça ne me fait pas rêver…et surtout je me demande quel est l’intérêt de faire ce genre de “démarche” ? juste se dire “je l’ai fait” ?, mouai, je ne juge pas, chacun est libre mais bon, pourquoi ne pas plutôt préparer un 10 km dans de bonnes conditions et avec plaisir? ça n’est pas moins “glorieux” que de mal préparer un marathon, bref…

    Tu n’es pas anormal, juste ce n’était peut être pas pour toi le bon moment pour ce genre d’entrainement….

    Toi tu attends la quille, moi je la redoute un peu….

    Quoi qu’il en soit, bonne fin de prépa tout de même…et pardon pour le roman ;o))

    1. J’aime les romans, plus que les +1 et autre message court que l’on met de manière automatique ;).

      Je partage ton avis sur les plans trop facile. Le marathon, si on veut le faire bien, il y a pas à tortiller, faut aller au charbon. Ce que je fais, car clairement, j’y vais pas pour la médaille (il y en a pas de toute façon, c’est pas le genre). Chrono il y aura, et s’il y a pas, c’est que j’aurais explosé en le tentant. De toute facon, il y a plus de gloire à finir un marathon, c’est trop facile …

      Pour l’age, je ne suis sur de rien. Mais ce qu’il me semble, c’est que la jeune génération (plus que jeune que moi) compétitive n’hésite plus à passer vite au marathon. plus qu’un travail de vitesse, c’est la régularité et le sérieux de la préparation qui importe. Et de ce point de vue, je pense que les méthodes ont évolués, et que les coachs ont maintenant un discours plus sur le long terme qui permet aux jeunes de se projetter. Pour les péquins comme nous, bah faut attendre de murir naturellement. Clairement, moi qui suis vieux dans ma tête (rajouter +10 ans minimum), je me sens capable maintenant de respecter les consignes, les adapter à ma forme, et surtout respecter mon corps et la distance. Avec le recul, mon seul marathon couru il y a presque 10 ans maintenant, je n’étais pas assez mûr (ni assez informé/éduqué/cultivé) pour suivre une préparation comme il faut.

      Pour le fait de vivre le plan, je crois que j’ai trop d’a-priori négatifs envers cette distance pour la vivre. C’est aussi pour les dépasser que je me lance dans l’aventure,et honnêtement, je suis presque réconcilié avec. Car sinon, j’ai choisi cette période car plus propice à l’entrainement (entre deux boulots). Mais après, la vie fait que c’est pas aussi facile que prévue. Et bizarrement, avec 3/4h de sport par semaine de moins qu’il y a 6 mois, ma famille se rend davantage compte de mes absences, surtout la sl du samedi matin en fait, alors que avant il y avait des sorties de 3h en vélo le samedi, mais mieux casé dans la journée. Bref, on fait comme on peut 😉

      Encore merci pour ton message, et tes partages sur ton blog 😉

      1. Je pense aussi que, à certains moments, ça chamboule un peu la tête la prépa marathon, nan?…tu es peut être dans une phase un peu down à te demander “pourquoi?” …et mon petit doigt me dit que tu n’attendras pas la réponse, et tant mieux, pour rebondir et trouver ça finalement plutôt super chouette…je me trompe peut être, on verra…c’est moi qui te remercie de l’attention que tu me porte ;o))

  2. Yo,

    tout travail comprend une part de routine. Il est normal de rencontrer une certaine lassitude.

    Peut être que tu touches aussi une limite des plans “gratuits” ou il y a quand même moins de plasticité qu’avec un coach ?

    Pour ma part, j’ai fait cette année deux marathons sans préparation spécifique (billet à suivre…) et ça s’est bien passé. Avec le métier que tu as, il est évident que tu feras un top 10%.

    Après, c’est le défi du record personnel. La chasse au chrono. La recherche du plafond, du meilleur de soi à un instant t. Et ça c’est vraiment difficile.

    J’en ai eu marre de ça, et c’est pour ça que je suis allé chercher d’autre défis (triathlon, apprendre à nager, long trail).

    En conclusion, tout apprentissage comporte une part de labeur. En tout cas, tu as gagné de la caisse et ton cerveau aura engrammé le fait que tu puisses encaisser de lourdes charges d’entrainement, et ça ça va te rester longtemps.

    Si tu veux te rassurer un peu, regarde tes premiers billets et tes chronos d’alors 🙂 tu seras content d’avoir fait ce chemin !

    Allez ! fais péter le super record et reviens partager ton bonheur ici 🙂

    ciao

    rémi

    1. Je ne pense pas que ce soit les plans en eux mêmes, je pense que c’est la cap en elle même. Il y a un an, je me suis posé la question de passer à 5 séances, et non, je me voyais pas mentalement. J’ai préféré diversifier, avec bonheur, et suis même redescendu à 3 séances par semaines.
      Si coach il devait y avoir, et des fois j’y pense, ca serait pareil je crois. Je passe pas mal de temps à chercher des séances variées.

      Pour le coté perf, j’assume. Je suis ton opposé en fait ;). Je suis toujours à me dire, tiens il y a encore un espace d’amélioration, allons y. Sans être un éternel insatisfait, je me dis que je peux toujours faire mieux, pas forcément en terme de chrono, mais surtout en terme de sensations. Ca été flagrant sur mon deuxième tri, j’ai passé un super moment, le chrono fut ce qu’il fut, mais j’ai juste adoré du moment où j’ai pris le vélo jusqu’à la fin de la CAP (oui, j’ai un peu dormi durant la nat). Pareil sur mon semi il y a quelques semaines. Comme tu le dis, j’y suis allé sans prépa spécifique, et au métier, c’est passé en ayant l’impression d’avoir fait de mon mieux avec la forme du moment, et ca j’adore. j’avoue que la raison 1 de retenter un marathon, c’est de vivre ce sentiment. Ca pourrait etre sub 3 ou 3h10, si j’ai fait de mon mieux et fini en état potable, la mission sera accompli et je serais satisfait sans regrets aucuns (sincèrement, je le pense, le chrono est accessoire même si je tiens à tenter le temps correspondant à mon niveau théorique (d’après VMA, test Delerue et VDOT)).

      Bonheur ou malheur, promis je partagerais ici. Mais ne t’étonne pas de ne pas voir l’activité strava, il est fort possible que je garde cette course privée tant pour moi CE marathon est une aventure très personnelle.

      Sinon, hautement intéressé par tes retours sur ton entrainement sur ton blog, car clairement, je ne ferais plus de prépa marathon dédié uniquement en cap.

      A bientot

  3. Anormal? Non (en tout cas pas pour ce que tu écris ici :))
    Je pense que tu as pris un plan assez dur mentalement avec de très longues SL courues en endurance. Ensuite si tu fais toutes ces séances longues seul, c’est quand même assez dur de se motiver à y aller pour presque tout le monde. C’est quand même deja plus sympa à deux, même si c’est pour faire juste l’échauffement et le retour au calme.
    Moi aussi j’ai eu une certaine lassitude dans les dernieres semaines de mes deux plans. Mais je l’attribue plus à la longueur du plan (3mois) et une envie de pouvoir enfin y aller et lâcher les cheveaux.

    Avec une plus grande expérience et un gros volume de sport d’endurance chaque semaine il doit y avoir moyen de partir sur des plans plus court, en zappant la première partie. D’ailleurs je crois qu’il y a une proposition sur plans-entrainement.net.

    1. oui en 8 semaines. C’est celui la que j’ai suivi en premier, avec de l’allure marathon pratiquement à toutes les séances. J’en ai fait 6 semaines avant mon semi, avant de rattraper le plan en 13 semaines. Honnêtement, c’est un plan sympa, mais qui suppose de très bonnes bases en foncier. Tu progresses pas vraiment, c’est plus de la remise à niveau. Par contre, en ayant rajouté 6 semaines, je sens bien les effets positifs. Les allures sont remontées là où elles devaient etre, dans les clous avec la FC. A la fin du plan court, c’était pas le cas. C’est pour ca que pour certains comme moi, je pense qu’il faut des plans un peu plus long. j’avais fait le même constat l’année dernière sur semi, 4 semaines de plus, et j’avais explosé le RP du semi 4 semaines avant, malgré un parcours moins évident., et avec de bien meilleures sensations.

      Sinon, entièrement d’accord avec toi, les SLs sont longues, mais personne d’asszez fou pour venir avec moi. Après, que de l’EF, c’est pas plus gênant que ca pour moi. Je suis à des allures où je ne m’ennuies pas vraiment bien que je sois en endurance.

      Comme discuté avec Remi plus haut, pour les prochaines fois, j’adapterais un peu plus mon entrainement et m’éloignerais des plans. Clairement, je manquais de travail entre 80/90%, c’est un truc que je devrais faire plus souvent dans l’année peut etre.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s