Triathlon Bergerac: M en contre la montre

Voici mon compte rendu de mon second triathlon, au format un peu particulier car il s’agit d’un contre la montre. C’est à dire que l’on part tous en décalé comme au tour de France, par groupe de 4 ou 5.J’ai profité des vacances en Dordogne pour aller participer au triathlon de Bergerac.

Natation

Originalité de la course, départ par groupe de 4-5  toutes les minutes, et nage en rivière, ce qui implique la moitié de la nage contre le courant (et l’autre moitié avec le courant si vous n’auriez pas suivi). Dur de se caler un rythme car du coup personne pour donner une idée du rythme. Je cherche à aller vers la rive pour éviter le courant, mais pas certain que ca serve à quelque chose, je ne le ferais pas lors du deuxième tour. La montre me dira que j’ai galérer contre le courant, et filer vite dans le sens du courant, malgré de mauvaises sensations dues au vent. Final : 29’36 pour les 1500m, 1536m à la montre, si c’est pas du cordeau ça.

T1 : pas de gros problèmes. Je prends mon temps pour récupérer, et surtout ne rien oublier. Départ les chaussures au pied sur la moquette et les pavés en dessous. Un peu casse geule, mais ca le fera en 1’32.

Cyclisme

Pas eu l’occasion de repérer quoique ce soit, j’ai juste tracé sur strava qui m’annonce environ 500m de D+. Pour 40km, ça commence à faire. Du coup, je pars prudent. Mais dès la première cote, je me rends compte que ça monte mais pas de manière sévère. Je décide donc d’envoyer le pâté. Changement de plateau, et hop, la chaine qui saute et se bloque entre le cadre et le pédalier. Voilà donc à quoi sert ce fameux anti-déraillement. 1’ plus tard, les doigts noirs et entaillés, et 20 pulses de plus à cause de l’énervement, me voilà reparti. Un grand merci au gars qui m’a glissé un mot d’encouragement quand j’étais arrêté, ça a aidé à relativiser. Pour le reste, je repars ultra motivé. Je file aussi vite que faire se peut, m’alimente quand je peux et bois bien. Bref, je pose le vélo en 1h07mn39, ce qui me fait une moyenne de 34,4km/h, plutôt content, même si si j’avais su, j’aurais tenté le 35. Mais les jambes ont l’air de bien aller, le dénivelé pas si élevé que prévu il me semble. Mal mal nul part, et pas l’impression d’être déshydraté ni affamé malgré la chaleur.

T2 : toujours sans soucis, ca passe bien en 38″.

Course à pied

C’est parti pour le dernier acte de la journée, en deux boucles. Je ne sais pas trop par ou part la CAP, les volontaires semblant que c’est évident après une heure et demi de course. Les pavés ne sont pas non plus des plus commodes pour une reprise de la CAP. C’est parti, avec un autre concurrent sur le même rythme, soutenu mais confortable, aux alentours des 4:20. Je me dis que c’est un peu lent, mais je ne pense pas pouvoir tenir beaucoup plus. Je fais attention à bien m’hydrater et à m’asperger à chaque relais. Au bout de 3-4 kms, une espèce de … me double en me bousculant, faisans laper ma montre. Et encore, avant de se rabattre sur mes pieds. Obligé de lâcher un juron pour que ce … daigne lever à moitié la main, surement une forme d’excuse. Du coup, ca m’énerve, me voilà parti à accélérer, et à atteindre un rythme proche de mon seuil, ce qui pour un 10km est un moindre mal. Mais vu les épreuves précédentes, c’est dur. Mais je m’accroche. Je pars sur le deuxième tour, toujours boosté. J’essaye de faire ce que je peux pour rester dans le rythme mais ca devient dur. Au 8ème, une fusée me rattrape et j’essaye de m’accrocher. Il se retourne, je lui dis que j’essaye juste de suivre le rythme, et il continu son effort. Il finira le triathlon en moins de 2h lui (et le 10 en 37’ environ), car il s’agissait rien de moins que le troisième au scratch. Déjà bien heureux d’avoir pu tenir son rythme quelques hectomètres. Je finis donc plutôt fort ce deuxième tour, et franchis la ligne en 40’05. Soit un bon temps pour 10km, mon meilleur en course officielle, bien que ma montre me donnerait plutôt un 9,67. Quoiqu’il en soit, je suis plutôt bien content de cette fin de tri.

Pensées finales 

Satisfait de ma performance du jour. Une nage pas facile, un vélo bien à fond, et une cap bien tenue. Ça me permet de finir en 2h19mn28s, donc bien content de finir largement en moins de 2h30 pour mon second M. Je me restaure rapidement, et file me plonger dans la dordogne pour le laver, et surtout finir de me rafraichir. Une bien belle journée.

Advertisements

3 comments

    1. Les transition se sont faites sur le parking de la Dordogne ? Pas très commode j’imagine.
      Superbe perf quand même pour un deuxième tri.

      1. Merci à vous deux.
        Les transitions avaient effectivement lieu sur le parking, donc sur les pavés. Recouvert d’un tapis certes, mais fin. Bref, on a joué de prudence, et je crois que personne c’est vautré. En meme temps, vraiment sympa de transitionner aussi pret de la ville (surtout pour les accompagnateurs).
        Pour le temps, c’est anéctodique tant ca varie d’une course à l’autre. Un coup c’est le vélo qui est à 44 au lieu de 40, ou 39 comme ici, parfois la cap douteuse. Bref. Reste que les allures sont comparables, et à ce jeu la, je dois avouer que je suis bien content de ce que j’ai pu faire. Deja pas si mal d’etre content de soi 😉

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s