Pourquoi je suis chauvin.

On en dit des trucs sur les bourguignons. Têtes de c.., de cochon, bougon, et ultra-chauvin. Et pour la plupart des qualificatifs, c’est pas faux. Je pourrais vous faire un bel argumentaire photo, avec des clichés des clichés de la région: photo de vin, vignes, moutardes pain d’épices… Sauf que même si j’habite en Côte D’or, qui indiquerait la présence de vin, je suis plus du côté “trou du cul” de la région comme l’aime nous le rappeler les gens de Dijon. Comme ils disent: “c’est plus long pour nous de venir vous voir que pour vous de venir”. Bref, je tenais à vous faire partager mon coin paumé, à 66 minutes de Paris (TGV), donc quand même pas si paumé que cela si on le souhaite.

Le paradis du coureur?

C’est ce que je me suis dit quand j’y ai (re)mis les pieds il y a deux ans. M’entrainant à la FC selon les prescriptions de Mr Delerue, l’idéal est un terrain plat pour pouvoir faire des blocs à FC constante (+/-2 pulses disons) et ainsi obtenir une allure stable pour savoir si on est dans les clous ou à la ramasse. Du coup, mêmes les plus petites montées sont un souci. Dans cette optique, je peux profiter des berges du canal de Bourgogne. C’est stabilisé mais souple, et à part les passages d’écluse, relativement plat. Parfait pour mes séances de régé et de travail des allures (pas d’arbres pour paumer les GPS). Mais tout autour, c’est  vite vallonné et forestier, le rêve pour s’évader et faire des séances plus longues ou typé “trail”. Bref, c’est varié et ça, ça me plait.

Le paradis du cycliste ?

L’année dernière, j’ai craqué pour un VTT afin de pouvoir élargir un peu le champ de découverte de ma région. IL me sert aussi à transporter mes deux filles en chariotte. Il y a quelques mois, je me suis aussi équipé d’un nouveau vélo de route. Outre le fait qu’il va me servir pour ma découverte du Triathlon, il vient aussi remplacer mes deux mulets en acier, trop inconfortable pour moi vu qu’il n’était pas vraiment adapté à ma morphologie, et qu’ils avaient plus de 20 ans (au moins, et pas à eux deux). Outre le fait que j’ai pris gout à l’effort en vélo et à la vitesse, c’est aussi pour moi un excellent moyen d’explorer encore plus loin la région. Alors qu’en VTT une moyenne de 20 est déjà très honorable, et que l’on est plutôt limité aux chemins peu roulants, le vélo de route offre plus de liberté.

Voilà donc quelques images glanées lors de ma dernière sortie. Ma première sortie que j’ose qualifier de longue (presque 3h pour presque 90km, toujours en progression pour un hypothétique HIM). Et c’est un réel plaisir de parcourir ces verdoyantes contrées remplies d’animaux paisibles. J’aime le Sud pour ces marchés, sa bonne humeur, son climat. Mais ce vert tendre pratiquement toute l’année me manque (la Normandie m’avait séduit pour ça aussi). Ajoutez à cela des petites routes (Départementales à plus de un chiffres) certes un peu cahoteuses mais au trafic routier limité et toujours courtois, et vous obtenez un terrain de jeu idéal pour un cycliste. Alors certes, on n’a pas de col de C1 ou HC, mais déjà quelques  C4 histoire de se faire les jambes. Et surtout des petites routes vallonnées histoire de travailler la puissance, et un vent fourbe toujours prêt à vous souffler dans la tronche peu importe votre direction. Quoi de mieux pour s’entrainer au triathlon 😉

Le paradis, partout?

Alors voilà. J’aime ma région, mais honnêtement, j’ai vécu à pas mal d’endroits: Montargis, Paris (Vélizy), Grenoble (avec pas mal d’incursions en Drôme provençale), Caen … et visité pas mal d’autres. Et je crois que je n’ai été malheureux dans aucune d’entre elles. Même Paris a réussi à me gratifier de quelques menus plaisir pour le sportif et l’amoureux de nature que je suis. je suis heureux en Bourgogne, mais on regarde déjà à changer d’endroits pour se rapprocher d’une partie de la famille. Et je sais que j’y trouverais de nouveaux plaisirs. Beaucoup de gens se plaignent de ne pas habiter le bon endroit. Et bien dans la majorité des cas, je pense que c’est juste une fausse excuse. On peut trouver son bonheur partout, si on est suffisamment ouvert d’esprit. A tire d’exemple final, Paris est le lieu de France avec la plus grande concentration de triathlètes. Qui l’aurait parié avec comme terrain de nage la Seine, piste de cyclisme le périph, et piste de course les trottoirs? On peut trouver son bonheur partout, mais faut pas non plus hésiter à bouger si on pense que c’est mieux ailleurs, c’est surement vrai, et ce pour toutes les coins de France ;).

Bref, j’aime mon pays.

Advertisements

One comment

  1. C’est joli par chez toi et surtout vachement vert pour la sudiste que je suis devenue (la verdure chez nous ne dure que peu de temps ,tout grille vite)
    sinon tiens un petit point commun qui me fait sourire, je connais bien Vélizy puisque c’était la ville ou j’allais au collège (le collège Maryse Bastié) et celle aussi ou je faisais du rodéo en trial sur ses trottoirs pour échapper au panier à salade de la police ahahaha, ça ne date pas d’hier mais c’est pas non plus l’antiquité puisque V2 était déjà ouvert…
    Bref, merci pour ce partage de photos…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s