Scosche Rhythm+ : moniteur cardiaque optique = Free your chest

Depuis mon achat d’une montre cardio il y a plus de six mois, je m’entraine en suivant ma fréquence cardiaque. J’utilise même une méthode d’entrainement basée dessus, j’en parlerais un de ces jours une fois que j’aurais plus de recul dessus. Toujours est-il que du coup, toutes mes sorties se font avec une (voire deux) ceinture de poitrine pour mesurer la fréquence cardiaque (FC). Certains diront que c’est contraignant, et ce n’est pas faux. D’ailleurs, en été où les sorties légères sont de mises, où mettre la clé de la maison si ce n’est autour du coup ? Mais quid du cardio ? De plus, bien que la ceinture Polar est loin d’être la plus désagréable à porter, ce n’est quand même pas un grand sentiment de liberté.

Scosche Rhythm+

Capteur optique du Scosche Rhythm+

Certaines montres récentes se sont équipées d’un capteur optique inclus dans la montre pour se passer de ceinture, bien que la ceinture classique soit toujours disponible en option (mais pourquoi donc ? 😉 ). Dans cette mouvance, on peut aussi acheter juste le capteur, c’est ce que propose la société Scosche avec son Rhythm+. Ce capteur optique se porte via un brassard sur le bras, et communique avec votre montre ou votre Smartphone via Bluetooth et ANT+ pour fournir les données cardiaques. Sur le papier, c’est cool. Et dans la pratique, c’est un peu plus mitigé.

Bien que je sois un geek, je suis en même temps assez résistant à la nouveauté juste pour la nouveauté. S’il n’y a pas de progrès, pas d’intérêt. Et si le capteur optique n’est pas plus confortable ni plus ou aussi efficace, et bien je resterais à la ceinture malgré ses inconvénients.

 

Confort du brassard

Scosche Rhythm+

Connexion ANT+ & Bluetooth Smart (c’est pas marqué, mais ca marche)

Donc niveau confort, la réponse est: oui c’est mieux, mais pas top. Soyons clair, enlever la ceinture est un vrai soulagement. Mais du coup, un brassard autour du bras, ça peut finir par être inconfortable. On en reparle après, mais déjà il faut arriver à le placer correctement. Et la notice nous dira, il faut bien le serrer mais pas trop (si la main devient bleue, c’est trop). Pour ma part, à l’endroit suggéré (en dessous du coude), il n’arrête pas de glisser. Ensuite, si le placement sur le bras peut sembler une bonne idée, c’est oublier que les bras servent à plein de choses. Éviter les branches, mettre des manches, faire balancier quand l’on court, et que les bras possèdent des muscles (si si, chez certains) qui se contractent (même sans faire de gonflette, et surtout dans ce cas, cf plus loin). Donc voilà, j’ai eu pleins de soucis avec les velcros qui se défont (pas suffisamment costaud, c’est certain), qui s’agrippent plus aux manches qu’à l’autre extrémité de l’attache. Bref, pas vraiment utilisable avec des manches, donc exit l’hiver, là où justement les capteurs classiques ont eux aussi quelques soucis par manque d’humidité et de sudation. En conclusion sur le confort, ce n’est pas la panacée, mais clairement, le tissu est doux, et agréable à porter, c’est sans comparaison avec une ceinture : donc avantage Rhythm + pour moi.

 

Performance du capteur optique

Positionnement au dessus du coude

Positionnement au dessus du coude

Niveau performance, point clé pour moi. Car nombreux sont ceux vantant la montre avec capteur intégré, qui du coup évincerait mes remarques d’utilisation avec des manches ou de muscles se contractant. Je n’ai pas eu l’occasion de tester une telle montre, comme la TomTom Runner par exemple. Mais voici où selon moi le principal souci de cette technologie se pose. Le positionnement. J’ai couru pendant une vingtaine de séances avec deux montres, ma Polar RC3 avec sa ceinture classique, et ma V800 couplé au Rhythm+. Et je me suis vite aperçu que le capteur optique nécessitait un placement très judicieux, et surement très variable d’un individu à l’autre. Pour ma part, j’ai eu du mal à trouver un bout de bras suffisamment plat et large pour assurer un contact optimal pour le capteur. Cet endroit finira par être juste au-dessus de l’articulation du coude. Tous les autres endroits essayés sur mes bras taillés comme des allumettes se sont révélés trop irrégulier pour assurer un bon contact, fuite de lumière ou autre ? Et du coup, que se passerait-il avec le capteur intégré d’une montre ? Je devrais serrer comme un fou ? D’avance, je sais que je ne supporterais pas. Donc premier gros bémol, cette technologie nécessiterait apparemment un très bon contact avec le bras.

positionnement rhythm+

Divers options où positionner le brassard

Ensuite, toujours au rayon performance, j’ai remarqué que les données fournies par le capteur optique présentaient des variations moins rapides que la version Polar poitrine. Quand le second monte et descend instantanément, et souvent toutes les secondes, les données fournies par le capteur optique montre plus d’inertie. La FC met plus de temps à monter, et plus de temps à redescendre. Mais au final, les données moyennes fournies par les deux solutions sont très similaires, donc je pense que la précision est à peu près similaire, mais juste les données un peu plus dispersées avec la ceinture de poitrine. Nombreux sont ceux qui disent que la FC a un trop grand temps de latence pour être utilisée pour doser un effort. C’est peut-être cela qu’il se passe. Polar est aussi réputé pour la qualité du coté cardio de ces montres, ils sont peut-être plus doué pour fournir un capteur efficace comparé à d’autres marques, il faudrait que j’essaye. Mais au final, les données me semblent donc juste même si moins instantanée. Je peux donc utiliser sans trop de doutes ce capteur. Seul des entrainements avec un fin contrôle de la FC pourraient nécessiter l’utilisation de la ceinture de poitrine. Donc conclusion performance, avantage ceinture Polar, mais le Rhythm+ reste tout à fait utilisable dans la pratique, et je me demande même en ce moment si le capteur cardiaque Polar n’est pas trop sensible pour etre utilisé en “live”.

 

Final thoughts

En conclusion, je suis plutôt convaincu par le Rhythm+. Malgré la difficulté de placement du capteur qui nécessite plusieurs essais, le brassard est vraiment confortable, et se passer de ceinture pectorale est un vrai plus. La qualité des données fournies est tout à fait suffisante pour être utiliser dans 95% de mes sorties, mais la ceinture reste pour moi le système le plus précis et fiable, l’inconfort étant le prix à payer pour la précision. Seul vrai inconvénient, la faiblesse des velcros, qui rendent l’utilisation avec des manches plutôt compliqué. Mais je vais surement demander à ma couturière personnelle de trouver une solution home-made. Dans la pratique, je n’ai aucun mal à partir en séance avec ce système, voir même en course. Il y a juste quelques cas particuliers lorsque j’ai besoin de vraiment connaitre avec précision ma FC que je partirais avec la ceinture classique, ou tout du moins porterait une seconde montre avec ceinture cardiaque en plus du Scosche Rythm+. Le temps que je me fasse à l’idée qu’en fait, les données sont les mêmes, et que avoir des données un peu moins variable en instantanée est peut etre une bonne chose, voir plus représentatif de son effeort.

 

En savoir plus: comme d’habitude, je vous invite à consulter le site de DCRainmaker pour un test plus poussé et technique, mais en anglais, sur ce produit. C’est grace à lui que j’ai appris son extistence.

Advertisements

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s