Polar V800: A new kid in town

Pour le premier article de ce blog, quoi de mieux qu’un produit de haute technologie. Le genre d’objet qui ne vous manque pas tant que vous ne l’avez pas, mais dont vous ne pourrez plus vous passer une fois que vous y aurez gouté. Non ce n’est pas le chocolat, c’est le cardio (version non hype : cardio-fréquencemètre, ou HRM pour hearth rate monitor pour nos amis anglophones).

La nouvelle génération

La nouvelle génération

Ce bout de plastique moche autour de votre bras a révolutionné ma pratique de la course à pied. Je vous montrerai dans un prochain billet en quoi. Pour faire court, j’ai acheté un polar RC3 (il aura peut-être son billet un jour) pour vérifier mon rythme de course (allure) et je me suis aperçu qu’en fait ces choses-là donnent des mesures erronées d’allure, et ce quel que soit la marque. Mais bon, je m’acharne. Toujours mieux (enfin presque toujours) comme chrono que ma montre acheté à D4 pour 15€. Et ce fut une découverte. Le vrai plus, c’est le suivi cardio hautement pratique pour améliorer son entrainement pour les gens comme moi qui n’ont pas vraiment de structure d’entrainement (ni physique comme un club, ni logistique comme une piste à accès facile). Je cours dans la nature civilisée, comprendre chemin forestier, de hallage, voie cyclable et promenade diverses et variées.

Polar V800 GPSEnfin bref, ce bout de plastique moche autour de votre bras est selon moi en train de vivre une révolution. Alors on avait eu le droit au plastique coloré chez Suunto et Garmin qui apporte une touche de couleur, mais voilà que le chic et sobre débarque chez Polar. La V800, montre de triathlète de la marque, a débarqué début juin dans nos contrées. Et malgré toutes les limitations de ce modèle au logiciel en cours de développement (on y reviendra bien sûr), et bien je n’ai pu résister. Et donc ici, je vais vous raconter les raisons de ce craquage impulsif. Et mes premières expériences, satisfactions et désillusions sur ce produit.
Polar V800 boiteLa boite : et bien le strict minimum. Une montre, un capteur cardiaque et la ceinture souple qui va avec. Comme toujours chez polar, cette ceinture est très confortable. Un câble pour brancher/charger la montre via port usb sur l’ordinateur. Un guide de mise en route en 25 langues, et c’est tout. Tout le reste se passe en ligne, donc connexion internet indispensable pour avoir accès au manuel complet de cette usine à gaz.
La montre se charge par une sorte de pince venant ce mettre sur le bracelet, et faisant contact avec des connecteurs sur la montre.

Le connecteur

Le connecteurLA montre avec le cable chargeur/USB connecté La montre avec le cable chargeur/USB connecté

Ca n’est pas ultra simple à mettre en place, la pince se décroche assez facilement surtout que le câble livré est assez court (40-50cm) donc ça pendouille assez vite sur l’ordinateur. Le premier exemplaire que j’ai eu a d’ailleurs refusé de se connecter après une petite demi-heure. Modèle changé, le connecteur fonctionne parfaitement depuis un mois, et une connexion quasi-quotidienne. Après, c’est surement un compromis. La RC3 a un connecteur type micro-usb qui a l’avantage d’être ultra standard (le même que votre Smartphone non-Apple, c’est presque devenu un standard, donc presque toujours disponible auprès de quelqu’un si vous oublié le vôtre), mais la connexion m’a toujours semblé légère, et je ne suis pas sûr que cela soit très solide à long terme. De ce point de vue, la connexion de la V800 parait plus durable (excepté mon souci avec le premier modèle). Par contre, ce n’est pas un truc standard, et la version Android de polar Flow Beat n’étant pas compatible avec mon téléphone (android), aucun moyen de décharger la montre sans ce câble. De toute façon, je suis un accro à l’ordinateur plutôt qu’au tablette/smartphone. Bref, pensez à toujours prendre ce câble avec soi.

La montre arrive non chargée (mais le moniteur cardiaque oui). Une fois branché, la montre vous demande les classiques heure/date, informations personnelles (poids, taille, fréquence cardiaque maximale si connu, sinon estimé à partir de votre anniversaire, niveau de pratique sportive) pour calculer ces indices de performance propre à Polar. Mais pas d’inquiétudes, tout est modifiable à loisir à posteriori.
Démarrer une course. Bah oui, car on est un geek mais on n’achète pas cette montre pour se perdre dans le menu ou dans la notice. On fixe la ceinture cardiaque, on met les chaussures, et hop dehors avant même d’avoir lu ou installer quoi que ce soit. Je suis parti pour ma première course. Objectif : aller chercher en courant ma fille car on a voulu absolument ouvrir le paquet 10 minutes avant l’heure fatidique de la sortie de l’école.pola V800 affichage 4lignes Du coup, je suis 5mn en retard (rappelez-vous, charge/réglage express). Ce qu’il y a de bien avec Polar, c’est qu’ils font des montres pour courir. Du coup, pas besoin de sortir de St Cyr (et je possède déjà une montre de la marque). A quoi sert le gros bouton rouge ? Bingo, tu presses, fréquence cardiaque captée (5s), acquisition GPS 10%-20%30% Ok. Vraiment ? En 30s la première fois ?? Ok, confiance. J’y go, je vais même réussir à pas être si en retard que cela. C’est ce que j’adore avec ces montres polar. Tu peux programmer pleins de choses, paramétrer un tas d’options, mais au final, c’est pas cela le nerf de la guerre. Tu veux aller courir ? Bouton rouge une fois, cap ou cyclisme ou autre, bouton rouge une autre fois, la montre cherche ce qui pourrait se connecter, bouton rouge une fois c’est parti. Voilà, trois coups sur le même bouton, et en 30 secondes, c’est parti pour une course cardio GPS espionnée. Que demande la NASA de plus ? Première impression, c’est très clair. Il y a pleins d’infos sympa. Oh, et ils ont enfin mis la fréquence, la durée et la distance sur le même écran (hérésie de la RC3 ou si tu voulais connaitre ton temps et ta distance, tu devais jongler entre deux affichages différents, c’est vrai qu’un chrono GPS, ce n’est pas fait pour ca). Et on peut afficher 4 lignes en plus ? La classe. Mais il y a combien d’écrans différents ? Assurément de trop. Ca sent l’usine à gaz ce truc.

PolarV8002Allez, on dissèque l’écran. Car c’est pour moi le GROS plus de cette montre. Déjà, blanc sur noir désespoir, ou noir sur blanc tout fout le camp, à vous de choisir. Si l’heure s’affiche en caractère blanc sur fond noir, très design, les vues d’entrainement sont affichable selon les deux modes, et le mode est sélectionnable directement sur la montre (ou via Polar Flow). Personnellement, je suis resté sur des caractères en blanc sur fond noir. Plus facile à lire je trouve. D’un point de vue visuel, notre œil est attiré par les taches lumineuses. Donc, en utilisant ce mode, votre œil va directement aux informations affichées. Et vu qu’il y en a beaucoup, et bien, je trouve cela plus facile à gérer quand elles apparaissent en blanc dans un océan de noir. Les informations sont affichables sur 3 ou 4 lignes selon les différentes vues. Trois c’est classique (RC3). 4 c’est mieux, oui l’inflation règne ici aussi.

 

Polar V800 Heure Bezel

On va aborder la lisibilité. La première chose que je me suis dit en voyant les visuels sur internet. «Ok, la montre est stylée, elle a l’air fine et avec des lignes racées. Mais pourquoi diable l’affichage occupe une si petite partie de la montre (gros bezels dans le jargon)». Et bien, oui ils sont énormes. L’écran fait 2.5cm de large, on rajoute deux fois 0.5cm de chaque côté, ça fait près de 30% de la largeur perdue. Et grosso modo autant en hauteur. Est-ce troublant ? Oui, la montre aurait été encore plus classieuse avec des bords d’écran plus fin. Est-ce justifié ? Et bien à mon sens oui.

1- La montre n’a rien à voir en termes de gabarit avec une RC3 ou une Fénix2, malgré un niveau de robustesse et d’étanchéité similaire à cette dernière. Regardez les photos prises dans ma main. J’ai certes des mains de relative grand taille, mais comparé à un Bic standard, elle fait quand même menue, et elle l’est.

Polar V800 taille2-L’intégration des boutons est parfaite à mon sens, on y reviendra, le format carré est idéal. La plupart des concurrentes sont rondes. Lorsque l’on affiche plusieurs infos, seule l’information du milieu est en grand, celles en haut et en bas sont logiquement plus petites. C’est pour moi un énorme plus d’avoir l’affichage carré, car toutes les informations ont la même taille. Et cela fait toute la différence. Même si l’écran fait (et est) petit, les informations sont toujours affichées à taille très lisible. Seul parfois les logos de légende (genre “Lap1” ou “Lap avg” sont parfois un peu petite, mais on finit par les connaitre par cœur). Bref, écran petit mais bien défini et ultra contrasté, plus un rétro éclairage efficace, cela fait au final une lisibilité parfaite en toute circonstance, même quand l’on regarde la montre dans l’urgence en vélo ou en fractionné pour avoir accès à l’information vitale, et même avec 4 lignes affichées. Mais il est toujours possible de sélectionner des affichages avec trois lignes, ou même que deux.

PolarV8003Il doit y avoir 6 ou 8 écrans différents déjà préréglés. Mais le réel plus, c’est de pouvoir tout modifier. Et quand je dis tout, c’est tout. Passage obligé par la case polar flow. Vous modifiez vos profils sportifs sur le site, et hop, à la prochaine connexion, c’est changé. Vous pouvez changer les vues en fonction des profils sportifs. C’est-à-dire que vous pouvez avoir différentes vues selon que vous faites de la course à pied ou du vélo. Mais vous pouvez aussi créer un mode course à pied bis, avec des écrans spécifiques pour un usage donné (genre un mode plein de tours avec les moyennes par tour, et un mode plus simple avec juste les infos de base). Le vrai plus, c’est que vous pouvez rajouter vos écrans personnalisés, mais aussi enlever les écrans préréglées afin de garder que le plus utiles. Dans la longue liste de ce que vous pouvez faire affichez comme information, vous trouverez des informations liées à la durée (heure de la journée, durée, durée du tour en cours ou du dernier tour), à la distance (cf durée), à la vitesse (instantanée, moyenne, max, moyenne par tour), à la cadence (avec capteur de foulée  ou de pédalage), mesure du corps (FC, FCmax, FC tour, Calories, Zone pointer polar…), à l’environnement (Altitude, dénivelée, température…). Bref, il y a le choix en fonction de vos besoins. Pour moi, ce qui m’a changé la vie par rapport à ma précédente Polar RC3, c’est la vue en photo : FC instantanée, FC moy tour, Durée et km du tour. C’est tout ce dont j’ai besoin pour mon entrainement. En effet, je m’entraine à la FC, je ferais un prochain billet la dessus. Donc, j’ai besoin de savoir ma FC instantanée, et je vise une valeur moyenne sur une période donnée, donc avoir l’info moyenne par tour m’est devenue bigrement utile. Vous noterez que je n’ai pas l’allure. Il y a d’autres vues qui me donne cette info, mais avec toutes les montres GPS, j’ai constaté que l’allure instantanée plutôt variable voir imprécise. Je préfère donc faire le calcul moi-même à partir du temps et de la distance qui elle est relativement fiable (+/- 1% en général). Grosso modo, je surveille les 250-500-750-1000m, qui me permettent facilement d’avoir une idée de mon allure au kilomètre. C’est juste des multiplications de base, faut rester concentrer ;). Mais je vous rappelle que je ne m’entraine pas à l’allure. Quand c’est le cas (VMA par exemple), j’utilise une piste parfaitement mesurée, rien ne remplace cela, surtout pour des distances courtes type 200m.
Nouveauté que je découvre sur la V800 par rapport à la RC3: la possibilité d’attribuer une action au fait de toucher la ceinture cardiaque avec la montre lors d’un entrainement. Vous pouvez régler l’action sur : rétroéclairage, afficher tour précédent ou afficher l’heure. Cette dernière option est diablement pratique pour moi, toujours regretter dene pouvoir avoir l’heure quand je cours le midi au travail.Je ne m’encombre donc pas à mettre l’heure affiché sur la montre dans les écrans d’entrainement, mais c’est possible.

Pour naviguer entre les vues, rien de plus facile. Bouton haut ou bas sur la droite de la montre. La V800 permet de choisir en option de changer de vue en donnant une légère tape sur la montre (ou activer le retro éclairage ou enregistrer un tour). Personnellement, j’ai beaucoup de mal à faire fonctionner cette option, je ne la mettrais pas comme commande d’une action importante comme créer un tour. Par contre, les boutons sont d’une très grande qualité perçue. PolarV80016J’ai déjà mentionné de gros bezels (si si le cadre noir de la montre), et bien nul doute qu’ils participent à l’implémentation de ces boutons. Contrairement à d’autres montres, ils ne ressortent pas ou très peu. De plus, ils sont très bien usinés, avec un léger relief faisant qu’il est pratiquement impossible de manquer un appui sur ces boutons tout comme il est impossible d’appuyer dessus par inadvertance. Du coup, je ne me sers que d’eux pour naviguer entre les vues, et du rouge pour marquer un tour à coup sûr. Un souci récurrent avec ma RC3 était le bouton back. Trop en relief, il m’arrivait parfois de mettre en pause sans le vouloir, ou alors de quitter l’enregistrement en appuyant une fois de trop alors que je voulais seulement faire pause, ce bouton servant aux deux options. Ce bouton a toujours la même fonction avec la V800 (cool, on garde les réflexes), mais la qualité du bouton fait que l’on n’appuie plus par errer. De plus Polar a du écouter les retours (ou alors utiliser leur propre produit en situation), et maintenant il faut presser un coup pour mettre en pause, mais presser longuement (3s) pour quitter l’enregistrement. Plus aucun risque de se tromper, à moins d’être vraiment distrait. C’est ce genre de détail et de qualité qui vous fait vraiment comprendre et justifier le prix du produit. On y reviendra, le coté logiciel de la montre est à la traine pour l’instant, mais du point de vue qualité du produit et sens du détail, c’est du très haut niveau. Dans le monde technologique actuel, les mises à jour logicielles sont très courantes (deux en un mois d’utilisation). Et on se dit qu’avec une si bonne base physique, Polar peut faire un produit de référence si les mises à jour logicielles prévues et demandées sont respectées.

Voilà, je vous ai vanté les qualités physiques de la montre, quelques points rapides sur les capacités semi physiques, c’est-à-dire fortement lié au logiciel mais aussi aux possibilités physiques de la montre.
Des alertes vibrantes et sonores. La RC3 proposait seulement le mode bip. Avec un volume trop limité de surcroit. Point de cela ici. Ca vibre, ca sonne fort ou pas fort selon vos préférences. Bref, c’est complet, et utilisable.
Cette montre fait réveil (oui ça sert parfois), et surtout chrono. Ca fait rire certains, mais ce n’était pas le cas de nombreuses montres avant (la RC3 au hasard). Il est souvent très compliqué de lancer un simple chronomètre sans déclencher tout le toutim sportif. Avec la V800, chrono de base avec possibilité de créer plusieurs chronos différent, plus compte à rebours personnalisable. Un minimum diront certains, enfin disponible ici.
Cette montre est aussi la première (maintenant rejoint par la Garmin FR15) a intégré un capteur d’activité. Ce capteur permet entre autres choses d’estimer votre récupération entre les séances, évitant ainsi le sur-entrainement. Ce suivi d’activité est surement encore à un stade larvaire. Beaucoup d’informations sont disponibles via le site polar Flow mais pas directement depuis la montre (alerte inactivité, nombre de pas). Ce sont surement des choses qui pourront être améliorés par la suite, afin d’être rendu consultable sur la montre directement ou via téléphone connecté en Bluetooth. Ce n’est pas des options qui m’intéressent, mais c’est une tendance forte introduite par les bracelets connectés, il m’apparait somme toute logique de voir ce genre de caractéristiques sur une montre de sport.

Agenda des activitées

Agenda des activitées


Mon état d'entrainement

Mon état d’entrainement

Arrivé ici, je dois me rendre à l’évidence pas possible de traiter les capacités de programmation de cette montre dans ce billet, pourtant la grande nouveauté chez Polar. Je ferais donc un nouveau billet orienté sur Polar Flow et la capacité de cette montre à gérer des entrainements programmés. C’est toutefois logique tant ces capacités sont davantage liées au logiciel qu’à la montre en elle-même. Je vous invite à consulter le site d’un autre bloggeur sur le sujet pour avoir une présentation de la plateforme.

Quelques points négatifs :

  • J’ai acheté cette montre en sachant que la version du logicielle n’était pas encore tout à fait achevée. En réalité, on s’approche plus d’une version entre alpha et beta (c’est-à-dire encore pire que ce que je pensais). En particulier pour les triathlètes, de nombreuses options pour la nage (enregistrement de la fréquence cardiaque, grande nouveauté) et pour le vélo sont manquantes pour faire de cette montre une vraie compétitrice à un produit fini, mature et largement reconnu à juste titre dans le milieu comme le Garmin 910xt par exemple. Pour quelqu’un comme moi qui pratique surtout la course à pied, et un peu le vélo mais sans trop d’attirail du style capteur de cadence ou de puissance, la V800 me ravi tous les jours.
  • Le gros bémol est la capacité (ou l’incapacité plutôt) à exporter les données de la montre. A l’heure actuelle, tout passe par le logiciel en ligne, et il n’est pas possible d’exporter des fichiers pour utiliser d’autres outils d’analyse tels que strava ou training peaks pour ne citer que ceux que j’utilise. Cela m’oblige encore à utiliser ma montre précédente afin de pouvoir continuer à obtenir les infos cardiqaues et gps pour ces applications. Mais normalement d’ici septembre, la possibilité d’exporter les données sera implémentée.
  • Un autre gros point noir pour moi est le trop plein d’information fourni parfois. J’y reviendrais surement lorsque j’évoquerais la programmation, mais la gestion des tours, bien que possible, n’est pas encore optimale. Il est par exemple impossible de créer un tour manuel à la fin d’une phase programmé d’entrainement car une grosse fenêtre blanche vous fournis des informations, rendant inactif le bouton start pendant une dizaine de secondes. C’est certes des infos utiles, mais créer un tour devrait être actif et prioritaire durant l’affichage de ces informations.

Conclusion:

Vous l’aurez compris, cette montre m’a séduite, tant par ces qualité esthétiques (c’est une belle montre pour tous les jours) autant que par ces capacité physiques. Je suis persuadé que Polar est très à l’écoute des attentes de ces clients comme semblent l’indiquer les nombreux intervenants (anglophones surtout) qui interviennent sur les différents forums et blogs. Nul doute que ce soin porté aux retours des utilisateurs est un point crucial et qui pourrait faire la différence en termes de guerre d’image. Pour des produits plutôt élitistes e terme de prix et de caractéristiques, la guerre est rude avec les très bons produits proposés par Garmin, Suunto et TomTom entre autres. Les problèmes de logiciels et de précision/fiabilité sont aussi le lot chez les autres marques. J’ai fait le pari de miser sur la réceptivité de Polar vis-à-vis de ses clients. En particulier, quand je compare les possibilités de programmation entre ma RC3 (pas si vieille que cela, lancement en aout 2012) et la V800, en particulier via le logiciel en ligne, cela me donne foi en la réactivité de Polar, qui a presque atteint le niveau de Garmin en terme de facilité de programmation, ce qui n’est pas rien vu la qualité de ce dernier dans le domaine. Surtout que Polar Flow est le premier logiciel de la sorte chez Polar, avant il fallait se contenter d’à peu près rien, si ce n’est le très austère personal polar trainer. Je ferais un billet sur Polar Flow prochainement, car pour moi, c’est dans ce logiciel qu’on verra les plus grandes et belles avancées des prochaines mises à jour. Car même s’il fonctionne très bien, il manque encore pas mal de petites touches pour être au niveau de la concurrence. Mais j’ai choisi de privilégier la qualité du hardware (la montre), car au final, les mises à jour logiciel passent, la montre reste. Et de ce point de vue, Polar a de très bon retour. Et au vu de la qualité de la V800, il ne fait nul doute que c’est la montre qu’il me fallait pour mes entrainements de CAP, et peut-être prochainement de triathlon. A suivre…

Avertissements:
1-Ce billet n’est pas un review en détail. Je n’ai pas les capacités techniques ni sportives (je ne suis pas encore triathlète, tout comme cette montre d’ailleurs, enfin pour l’instant). Pour une review complète et mise à jour régulièrement, je vous renvoie vers le site de DCRainmacker. Bien qu’en anglais, c’est de loin ce que vous pourrez trouver de plus complet sur le test des montres GPS, toutes langues confondues. Ce gars est bon en sport et bon pour raconter, je ne vais pas réinventer ce qui a été parfaitement fait ailleurs.
2- J’ai acheté cette montre avec mes deniers personnels, chez un revendeur local qui m’a fait une réduction comme à tous ces clients sympathiques je pense. Et m’a échangé le produit contre un neuf suite à un défaut le jour suivant. Ça ne me rapporte rien, mais un grand merci à Running Conseil Dijon. Du coup, vu que j’ai acheté la montre, j’ai forcément un avis partial, et je vois peut-être plus de points positifs que négatifs. Je voulais cette montre, forcément je l’adore plus que de raisons, souvenez-vous en si vous vous vouliez vous baser sur mon opinion pour votre choix personnel, mon avis est biaisé.

Advertisements

5 comments

  1. Hello !

    ça fait du bien de voir un peu de fraîcheur et d’indépendants dans le monde du blogging et de la course à pied en France 🙂

    Je me suis bien reconnu dans le mec qui déballe sa nouvelle montre au lieu d’aller chercher les enfants ! tout pareil 😉

    Moi je trouve ça dingue que les constructeurs n’arrivent pas à faire la synthèse de ce que demande les utilisateurs pour faire le cardio ultime. Je crois pour ma part qu’ils segmentent volontairement le marché.

    Pour ma part il y a des choses qui ne me séduisent pas avec la V800 et je reste avec mon imparfaite (mais fonctionnelle) Fenix 2.

    j’ai hâte de lire ton retour sur l’utilisation de la fonction activity tracking, surtout quand tu pourras la corréler au tableau de bord de TP (est-ce que la montre ira dans le même sens que ton TSB, tu nous feras un petit billet ?

    ciao

    1. Tu vas rire, mais j’étais rentré dans le magasin pour acheter une fénix 2. Et je ne sais plus comment, je suis reparti avec une V800, trop fort le vendeur. En même temps, j’étais largement consentant, j’en rêvais, son discours alors qu’il portait une suunto au poignet + la remise de 10% m’ont achevé.

      Pour la segmentation, je ne sais pas trop. Je trouve qu’il y a moins de segmentation chez Polar. Des bonnes montres chez Garmin, tu as le choix entre Fénix2, 620, 910 (toujours au top), mais créés et gérés par des équipes différentes. La fénix 2 a d’ailleurs la réputation d’avoir une meilleure équipe de développement que la 620. Chez Polar, tu n’as que la V800 ;). C’est malheureusement plus simple, le reste de la gamme ne comportant pas de réels challengers à mon gout.
      J’ai longtemps hésité à acheter cette montre en développement. Mais l’implication de Polar, que ce soit auprès des betas testeurs (non pas les clients, les vrais ;)) et leurs premier retour, aussi bien que sur les forums (chris sur le forum anglophone de slowtwich par exemple), m’ont poussé à tenter l’aventure. Sur le papier, elle va déchirer. Et je suis ravi de participer à l’aventure, même si j’aurais été tout aussi ravi avec une fénix 2 je pense. Quand je vois le fossé entre la RC3 et la V800, ils ont vraiment écoutés les attentes des gens, même si la sortie du produit effectivement semble avoir été prématurée, très certainement sous la pression de Garmin. Maintenant la pression est sur tout le monde, on va etre gagnant au final (enfin j’espère)
      Effectivement, le suivi de la forme m’interpelle. Je tenterais les spurious correlations avec le TSB de training peaks, une fois que je me serais habitué à leur version beta. Un de mes prochains billets devraient être sur les logiciels de suivi, enfin ceux que j’ai finalement choisi d’utiliser (TP, Strava, PPT/Flow, et Excel;) ). Le suivi de la forme me semble pas trop éloigné de la vérité, et est en tous les cas très différent entre personal polar trainer (RC3) et la V800. Je ne sais pas lequel a bon (j’utilise les deux montres en parallèle, le temps que l’exportation des données soient activées, grrr), mais les calories comme la récup semble très divergentes, surement les algorithmes qui ont évolués. Peut-être que TP m’offrira la vérité, les outputs de ce logiciel ont l’air assez fiables selon les retours d’expérience.

      Au plaisir.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s